June : artiste plasticien,

June vit et travaille à Londres. Il développe des séries de travaux qui s’inspirent formellement des origamis de notre enfance et des matériaux qui jalonnent notre quotidien urbain. Utilisant aussi bien le dessin, la sculpture, la photo que la 3D, l’artiste nous plonge dans un monde post-accidentel.

Si l’accident a été très largement exploité dans l’art contemporain, l’artiste nous rappelle ici qu’il symbolise essentiellement une rupture dans le quotidien. June exploite ce thème comme l’outil qui lui permet de s’extraire de notre temporalité afin de projeter une vision positive et sans condamnation, en opposition à notre société contemporaine souvent qualifiée de « désenchantée ». La destruction résultant de l’accident fait partie intégrante du processus créatif.

Dans « Petit bateau échoué » (2010), la forme de l’objet papier est détournée pour dessiner dans l’espace une épave aux lignes pures et nettes qui invite le spectateur à la contemplation. La poésie de cette pièce nous renvoie à un ensemble d’anecdotes présentes dans notre culture commune, qui ont nourri l’imaginaire de l’artiste : la catastrophe écologique de la mer d’Aral, un enfant atteint de la leucémie, etc., toutes ces choses précieuses et fragiles, vouées à disparaître.

A l’occasion de l’exposition « art français », June s’approprie l’emblème de la tour Eiffel et le confronte à son univers plastique. Il nous propose une forme épurée, soulignée par des pointillés, comme prise entre le plié découpé propre à l’origami et la cerne des voitures accidentés qu’il produit.

L’artiste trouve l’aboutissement de sa pratique dans son « showroom 3D » qu’il exploite comme un territoire plastique atemporel où il propose au spectateur d’évoluer dans un monde virtuel qui regroupe l’ensemble de ses créations, accompagné de musiques composées en collaboration avec DJ OGW.

Karine Marchand .

email june
Remerciements à Tounen, Alex, Dj OGW, J.Vialade, Imène.